top of page

You Stay in Wonderland II

You Stay in Wonderland est une série d’œuvres proposant aux spectateurs.ices de faire ou d’imaginer le choix de la pilule bleue ou de la pilule rouge, de rester dans l’illusion d’un monde qui se dégrade ou de faire face à la réalité des horreurs parfois provoquées — dans notre cas, ces moments se comptent sur les doigts de la main en comparaison aux nombres de jours vécus —, ils semblent amplifiés provoquant toutes sortes de sentiments négatifs voir de douleurs physiques, diluant en nous la peur d’une fin inévitable du monde, de notre monde.

Ici-bas où la surconsommation de médicaments pour soigner, anesthésier, reste fréquente, faut-il alors « gober » ou « ne pas gober » ?

 

La gélule enferme donc des temps précis d’une vie, des moments où tout semblait se détruire, s’arrêter, ne laissant entrevoir aucun avenir.

Si le dispositif n’invite pas à avaler la pilule, il nous permet pourtant d’imaginer le goût salé de cette tristesse. Le titre est une citation du film Matrix qui renvoie elle-même aux pays rêvés d’Alice de Lewis Carroll.

Que se passerait-il si nous prenions la gélule ? Accéderions-nous à ces souvenirs douloureux ? Infuseraient-ils en nous ? Jusqu’à subir une transformation ? Une révélation ?

Cette œuvre fait partie de l'exposition 90 seconds to midnight.

This is the way the world ends. Not with a bang but a whimper.*

(...) Cette année, le Conseil pour la science et la sécurité du Bulletin of the Atomic Scientists avance les aiguilles de l'horloge de la fin du monde. L'horloge se trouve maintenant à 90 secondes de minuit, c'est-à-dire à l'heure où la catastrophe mondiale n'a jamais été aussi proche. (...)

Avec 90 secondes à perdre, à quoi ressemble une existence post-apocalyptique ? (...)

"90 seconds to midnight" invite des artistes d'horizons divers à explorer le thème de la fin du monde. Ce projet cherche à explorer la myriade d'émotions, de concepts et de perspectives qui entourent l'idée d'apocalypse. Il met les artistes au défi d'imaginer ce qui reste lorsque le familier s'écroule, quelles révélations surgissent du chaos et quelle beauté ou, plus important encore, quel humour peuvent être trouvés au milieu de la destruction ?

*T.S. Eliot ‘The Hollow Men’

Texte et commissariat Ana Bujošević
Exposition juin 2024, Tour Orion

Avec les artistes Clément Justin Hannin, Hadrien Moret, Elisa Florimond, Corentin Darré, Dora Frey, Hugo Vessillier-Fonfreide, Sacha Lefevre, Juliette Delecour, Alessandra Allioli, Renaud Artaban, Raphaël Bastide, Rosalie Becher, Yoann Bac, Lisa Sign, Irene Abello, Mathias Léonard, Josephine Topolanski, Antoine Liebaert, Harold, Roger, Olivier Bémer, Émilie Krengel, Nicolas Lallemand, Baptiste Leroux, L. Camus-Govoroff, Luca Nuel, Marine Prunier, Lili Signorini, ST4.

bottom of page